People say we're "invaluable", "indispensable" and "an essential service" — please consider making a donation.

Sunday, 29 August 2010

In France, a gay asylum seeker tells why he fled Cameroon


By Audrey Banegas

Google translation

Stephane M is a young Cameroonian of 24 years. In March 2010, he has been arrested in a hotel in Douala with two friends, for homosexuality. A crime in Cameroon, punishable by sentences of up to five years in prison. Stéphane should be judged on Monday August 9, but he chose to seize an opportunity presented to him to come to France - just days before his trial - and seek asylum.

Stephen has agreed to give her testimony, tell his story, his arrest, his trial, his life as a young gay in Cameroon, between assaults and death threats, and his arrival here on French soil, his application for asylum

Tell us your story.

I was arrested, questioned in my country, in the lobby of a hotel with two friends, one Australian and one Cameroonian, by plainclothes police. It was March 26, a Friday, around noon. We were driven to the border police when they tried to force us to admit that we had had dealings with the Australian. They told us that if we confessed they would release us and that charging the Australian. We have not sold. We knew they also charged us.

They also asked us to pay five million CFA francs, or around 8,000 euros for not sending the case to court. As we refused to pay and that we had with the Australian report, about 18:30, they took us to the police where we were kept three days without minutes, without being heard.

Without meeting a lawyer, nothing. Before coming to the police, had already asked the border police to see my lawyer. They refused. They told me I could see that if I tell them what they wanted.

I also asked to have my medication - I had surgery two weeks before my arrest - and they refused. They have told me that I would not have if and only if, I yielded to their proposal, so, I spent a whole day without medication, without my dressings. Of course I also asked to call my family and they refused. They turned off my phone, I took it, I could not contact anyone. Fortunately, once the judicial police, one of the officers of the guard allowed me to call my sister, who alerted my friends and brought me my medicine.

This has really not been easy. Even taking my medication, I had to pay the officers who came the next day. And the conditions in the cell were very difficult. We were insulted and verbally abused all the time. They called us fags, goats, mentally ill, names of the worst kind. The officers above. The other prisoners, too. But they have also tried to warn us about what happens in prison. They told us that being gay, we can not escape the rape, and beatings, when you're gay in prison, you are the prey of all, you're in the thank you to everyone. It was advice, most were former prisoners, repeat offenders.

On Saturday, a friend, which I prefer to conceal the name, led a lawyer who tried to negotiate for you release me, just enough time for me to go to doctor, what is denied me. And only on Sundays in the afternoon, we have finally been heard by the officers on duty.  They in turn tried to convince us that they had had sex with Australian, what we have denied recess.

We must understand that we had no choice. If they said that they had had sex with Australian or that they were homosexual, was the prison, they risked up to five years in prison, with a heavy fine. The only way to avoid it was to deny all the facts. Not only to deny having sex with Australian but also being gay. We had no choice but to deny.

They will then be released?

No. We do not always released. They took us back to the cell until Monday. And on Monday we were transferred to the court of first instance where we were kept in the court cell.

This is one of my friends, the same who had brought a lawyer the day before, contacted another lawyer, teacher Alice Nkom [famous Cameroonian lawyer and president of the Association for gay rights, Adefho, ed ]. She came to me in a cell and I told him everything: what happened, how they had been arrested in the lobby of the hotel, what we took as threats to cell insults from officers and inmates, I told him the 5 million that we are asking that the matter does not go to court, and my little sister has also provided documentation of my operation. With this she has built her case she has filed with the prosecutor. He made us free the same day at around 17:30.

Note that we also got our release because we had not been caught. If this were the case, we would have been kept in prison and sentenced immediately. Article 347 bis of the Cameroonian Penal Code [which criminalizes homosexuality, ed] is reasonably expected that can not be convicted unless it is caught in flagrante delicto. Unfortunately, this is not what is applied on the ground by police. In reality, simply be terminated, even without proof, to be arrested and thrown in jail. This is one reason why the situation is so difficult for gay people in Cameroon. It does not really respect that Article 347 bis.  The majority of homosexuals who have been convicted in this country have never been caught, they almost always have been arrested after a denunciation, or after confessing under duress or torture.

In our case, we have been released until our case goes to court. Just before this release we have been heard by a woman who was to be a judge or a prosecutor, and we made an appointment for April 5 for trial. For the first trial.

What happened during this first trial? 

The lawyer was not available, so she requested a reference to June 7 He did nothing happened.

On 7 June, the second trial has begun, but when the prosecutor requested that the Australian answer, he was not present, he was already back in Australia for a long time, even before the first trial. The prosecutor demanded that he return to Cameroon to appear and then requested a reference to August 2 last Monday for a third trial.

But after the second trial that things have become even more difficult for me. My family is very homophobic. I had already been rejected by my family in 2008, with my little sister because she supported me. We rejected both. So, after the trial some members of my family have learned what had happened, they told me that he openly disagreed with my release, I was ashamed of family, it was imperative that I remain in prison for the family is not tarnished.

Your story was publicized?

Yes, the daily Le Jour has spoken, they have published an article about me, mentioning my full name, my date and my birth place. It meant a lot prejudiced. Much more than my incarceration.

Very few people knew until then that I had been incarcerated. And it was after the second trial, on June 16 to be exact, the daily Le Jour, the most widely read newspaper in Cameroon currently has published this article on me, which was subsequently picked up by other sites Internet. My fellow students have read the article, it went from hand to hand, and very quickly the whole school knew what had happened and that he was homosexual.

I was a third year student of history, but I could not finish the year. I became the laughing stock of my comrades. I was verbally abused, insulted it all the time. A total rejection. When I sat on a bench everyone away from me for fear of being contaminated, for fear of being indexed as a homosexual too. All this pressure and the evil eye of teachers who were aware also forced me to abandon the course. I was no longer able to bear it all. And since I did not live far from the university, I also pointed the finger at any time when I wandered around the streets during the day. I was told "it's queer, it was he who was closeted with the white.

On the side of my family, I was seriously threatened - threatened with death - by my brothers, verbally, not physically, because they did not arrive until then. They threatened me with death by saying that I salissais the name of the family, we found the family name in the press, that homosexuality was a disgrace to the family, I'm the bad seed which must be disposed of. It became very difficult, I could not see them, I could not visit my nephews, I had my little sister as a family.  I was totally rejected, I had no right to go to the gravesites of my parents, they are both deceased. My brothers had banned me. I could not go home or uncles or grandparents in sleep. I could not go at all in my village, everyone knew I was gay. The few times I'm still going, he had that I arrive at midnight and me to leave early in the morning, around 5:00.

You know what happened Monday at the third trial?

I just know that the trial was again postponed because I was no longer there, and that the Australian was obviously not there either. The trial was postponed for September.

The other Cameroonians, I have not heard from him. I have not been able to reach him by phone, but I think it was not on the trial either. I do not know if he has gone from Cameroon but I know that he too wanted to flee. He did not do in prison and the article that we published on him too much prejudice. His family was not at all aware of his homosexuality and when found out, he too has been totally rejected. According to the latest news, it did not go well for him not there anymore.

The next trial was postponed to September. You know how it will happen? You can be convicted even if you're not there?

Everything depends on the prosecutor and judges. They may condemn me, despite my absence. It depends on their mood and perhaps also of their religious beliefs.

Do you risk something, because not to be presented Monday at the trial, having fled during the case?

I think, yes. But I do not really know. Maybe I'm wanted by the police because, pardon the expression, but we saw a bit of a "witch hunt", we homosexuals in Cameroon.

I think the situation for gays in my country is worse in recent years. Before we did not speak hardly. But since the 2006 publication of the famous list of 50 [January 2006 in several Cameroonian newspapers published a list of 50 influential people - ministers, heads of business ... - supposedly homosexual, and their photo, note], homos are increasingly persecuted. It became a real "witch hunt" for it.

Before your arrest, before the month of March, how did you live your homosexuality in Cameroon?

It was not all rosy. As said before, I was rejected by my family in 2008 because I was gay.  I have no girlfriend. I am 100% gay and my brothers had to realize that. They suspected me several times and they finally have proof safe. I do not know how they have had them but they were able to cope with their pressure and I could no longer deny. I was already in college at the time, I rented a room near the university and I lost everything. My brothers stopped paying me the way, pay me in college, they stopped paying me my rent. They stopped giving me money to feed myself, to treat me, I pay for the clothes ... It was not until I manage by myself to meet all my needs.

Generally the life of a gay in Cameroon is very difficult. We can not say that one is gay. We can not openly displayed. Before, there were places to meet, but now there are more.There was, for example boxes, which were not officially but unofficially were gay. But given the homophobia of the population, it was not possible, those who entered were being attacked by local residents, by thugs, which has different owners forced to close their establishments. Only the net, and it is not obvious, because there are straight people who go on the net, connect gay, gay men to assault, beat up guys. I myself was a victim of that in 2007, but I hid it in the family. I have been attacked in this way there on the net we had made an appointment, it was seen and I've been copiously beaten.  They also got my phone, my belt, my shoes.

You're a LGBT activist in Cameroon, is that right?

Yes, I volunteer in the association Alternatives Cameroon since 2007. It is an association in which we especially AIDS prevention.  We work in the prevention and treatment of gay poz and we make them aware of the risks. Because in Cameroon, prevention is very hétérocentrée. We provide condoms and we invite them to come to Alternatives, center, to attend lectures on sexual health, STIs, to inform them and supply them with condoms and lubricant.

It is as risky approach. I experienced several attacks in the context of prevention, as an activist, with other friends, in places not very secure, to raise awareness of gay men who were there. It has been repeatedly attacked by thugs who were armed with knives and machetes, who were also robbed of our goods, telephones, money and sometimes even condoms too.

This association is authorized to Cameroon, it is official?

In fact, Alternatives Cameroon is allowed to defend the rights of minorities. It was not specified that it was sexual minorities. I do not think it would have been allowed if they had referred to "sexual minorities" or the term "homosexual". I'm not sure about that, but I do not think. There are association Adefho by cons, who is openly an association for the rights of homosexuals and whose Master Alice Nkom is president. I personally enjoyed the support of this association.

You've arrived in France a few days ago, just before the third trial.  How could you leave? And what do you expect today?

It was not easy for me to leave the country. I have done because I am an activist, activist, member of the association Alternatives Cameroon. I enjoyed being invited to the Vienna International Conference on AIDS in 2010, I had to attend. I received a partial scholarship that took over my ticket. I had a visa for Vienna, but I made a stopover in Paris, and I do not go to Vienna. I now ask for asylum here in France. Because I can not return home. It became totally unbearable for me.

So I started a procedure for asylum which is very long and I am very grateful that they gave me a grant. I had stopped studying at home, but I really want them back here. The asylum would allow me to be mostly free, to live my sexuality as it is, assume myself, to continue to advocate for LGBT rights. And to have peace in the soul. It is very important to have peace in the soul. Because in the country, I practically lived longer, I was always at bay.

You've met people who help you in this process? You know how long it will take?

I first met with LGBT arriving in Paris to explain my case and obtain their support, including Ardhis [Association for the recognition of the rights of homosexuals and transsexuals to immigration and residence, note], who advised me well on the procedure. They immediately told me the reality of things, how long it will take. There is no set time limit, it can take three months, six months, a year or two years ...
I then got a clearance from France Terre d'Asile.I queued for three days to get it. It was the first step before starting the records, which have an address for receiving mail.

Then there was the prefecture.  That was the approach the most difficult so far. It must match the whole night before the entry to be received in the morning. Since Tuesday of last week [July 27, note], I went to sleep there every night and I still was not received. I received this morning [Tuesday, August 3, the day of the interview, note]. There are so many people need sleep to be received. Doors open at 9am and they take only about thirty people. And even to sleep, do not arrive at midnight, it's too late, as many go home because you know in advance that you will not be received. It should arrive in early afternoon the day before to spend the afternoon and night, until morning. Tuesday I went to 16h in the day, unaware that he had come even sooner.  I went back every day, and yesterday I went to 14h and I have finally been received this morning. That was just to retrieve the file to file the domicile, photos and give fingerprints. Now I have to complete and return to the Prefecture on August 12 for the drop, this time it will be by appointment. I also now and then, another go to Social Security.

Does your particular situation may be considered for this claim?

I can not say. I do not know much about the French legislation. And I have not met the Ofpra [French Office for the Protection of Refugees and Stateless Persons, ed]. Only later, after my appointment and my application file to the prefecture would get an appointment at the OFPRA and to them I should explain that to me happened. It is they who will judge whether to grant me asylum or not.

What I want to talk, to conclude this interview, is fear.  Fear of returning home. The fear of knowing that we could not grant me asylum and I would automatically be pushed to a prison, is pushed to the grave. Because I'm between a rock and a hard place, if we say so. On the one hand, there is justice that is against me, on the other hand, there is the family and death threats. I can not go back. I have more than France to accommodate me and give me a reason to live. Because I had almost lost, with all that I live and I lived in Cameroon. I almost lost everything. But I think I could go back to enjoying life, going back to school, become an activist as I was, if France gives me this asylum.

Un demandeur d’asile témoigne de son enfer au Cameroun

Stéphane M est un jeune camerounais de 24 ans. En mars 2010, il s’est fait arrêté dans un hôtel de Douala avec deux amis, pour homosexualité. Un délit au Cameroun, puni par des peines allant jusqu’à 5 ans de prison ferme. Stéphane devait être jugé lundi dernier, mais il a choisi de saisir une opportunité qui lui était présentée pour venir en France – quelques jours à peine avant son procès – et demander l’asile.
Stéphane a accepté de nous livrer son témoignage, de nous raconter son histoire, son arrestation, son procès, sa vie de jeune homo au Cameroun, entre agressions et menaces de mort, et son arrivée ici sur le sol français, sa demande d’asile, ce nouveau sursis.

Racontez-nous votre histoire. J’ai été arrêté, interpellé, dans mon pays, dans le hall d’un hôtel, avec deux amis, un Australien et un Camerounais, par des policiers en civil. C’était le 26 mars, un vendredi, aux environs de 12 heures. Nous avons été conduits à la police des frontières où on a essayé de nous contraindre à avouer que nous avions eu des rapports avec l’Australien. Ils nous disaient que si on avouait, ils nous libéreraient et n’inculperaient que l’Australien. Nous n’avons pas cédé. Nous savions qu’ils nous inculperaient aussi.
Ils nous ont aussi demandé de payer 5 millions de Francs CFA, soit environs 8000 euros, pour ne pas envoyer l’affaire devant la justice. Comme nous avons refusé de payer et de dire que nous avions eu des rapport avec l’Australien, vers 18h30, ils nous ont conduits à la police judiciaire où nous avons été gardés trois jours, sans procès verbal, sans être entendus.

Sans rencontrer d’avocat? Sans rencontrer d’avocat, rien. Avant d’arriver à la police judiciaire, j’avais déjà demandé à la police des frontières à voir mon avocat. Ils ont refusé. Ils m’ont dit que je ne pourrais le voir que si j’acceptais de leur dire ce qu’ils voulaient.

J’ai aussi demandé à avoir mes médicaments – j’avais été opéré deux semaines avant mon arrestation – et ils ont refusé. Ils m’ont répété que je ne les aurais que si, et seulement si, je cédais à leur proposition, du coup j’ai passé toute une journée sans prendre de médicaments, sans faire mes pansements. J’ai bien sûr demandé également à appeler ma famille et ils ont refusé. Ils ont éteint mon téléphone, me l’ont pris, je ne pouvais contacter personne. Heureusement, une fois à la police judiciaire, l’un des officiers de garde m’a permis d’appeler ma petite sœur, qui a alerté mes amis et m’a apporté mes médicaments.

Comment se sont passés les trois jours d’enfermement dans cette cellule? Cela n’a vraiment pas été facile. Même pour prendre mes médicaments, il a fallu que je paie les officiers qui sont venus le lendemain. Et les conditions dans la cellule étaient très difficiles. On nous a insultés, agressés verbalement, tout le temps. Ils nous traitaient de pédés, de chèvres, de malades mentaux, de noms de la pire espèce. Les officiers surtout.

Les autres détenus, aussi. Mais eux ont aussi essayé de nous mettre en garde sur ce qu’il se passe en prison. Ils nous disaient qu’étant homosexuels, nous n’échapperions pas au viol, et aux coups, que quand tu es homo en prison, tu es la proie de tout le monde, tu es à la merci de tout le monde. C’était des conseils, la plupart étaient d’anciens détenus, des récidivistes.

Le samedi, un ami, dont je préfère taire le nom, a amené un avocat qui a essayé de négocier pour qu’on me libère, juste le temps que j’aille me faire panser, ce que l’on m’a refusé. Et c’est seulement le dimanche, dans l’après-midi, que nous avons enfin été entendus par les officiers de garde. Ils ont à leur tour essayé de nous convaincre de dire que l’on avait eu des rapports sexuels avec l’Australien, ce que nous avons évidement nié.
Il faut comprendre que l’on n’avait pas le choix. Si on disait que l’on avait eu des rapports avec l’Australien ou que l’on était homosexuels, c’était la prison, on encourait jusqu’à 5 ans de prison, avec une lourde amende. Le seul moyen de l’éviter c’était de nier tous les faits. De nier non seulement d’avoir coucher avec l’Australien mais aussi le fait d’être homosexuel. On n’avait pas d’autre choix que de nier.

Ils vous ont alors libérés? Non. Il ne nous ont toujours pas libérés. Ils nous ont ramenés à la cellule jusqu’au lundi. Et le lundi nous avons été transférés au tribunal de première instance, où nous avons été gardés dans la cellule du tribunal.

C’est là qu’un de mes amis, le même qui avait amené un avocat la veille, a contacté une autre avocate, maitre Alice Nkom [célèbre avocate camerounaise et présidente de l’Association de défense des droits des homosexuels, Adefho, ndlr]. Elle est venu me voir en cellule et je lui ai tout expliqué: ce qu’il s’était passé, comment on avait été arrêté dans le hall de l’hôtel, ce que l’on a eu comme menaces en cellule, les insultes de la part des officiers et des détenus, je lui ai fait part des 5 millions que l’on nous demandait pour que l’affaire n’aille pas en justice, et ma petite sœur lui a aussi fourni les documents de mon opération. C’est avec cela qu’elle a construit son dossier qu’elle a déposé chez le procureur. Il nous a fait libérer le jour même vers 17h30.

Il faut dire que nous avons aussi obtenu notre libération parce que nous n’avions pas été pris en flagrant délit. Si ça avait été le cas, nous aurions été gardés en prison et condamnés tout de suite. L’article 347 bis du code pénal camerounais [qui pénalise l'homosexualité, ndlr] prévoit normalement que l’on ne soit condamné que si l’on est pris en flagrant délit. Malheureusement, ce n’est pas ce qui est appliqué sur le terrain, par la police. Dans la réalité, il suffit d’être dénoncé, même sans preuve, pour être arrêté et jeté en prison. C’est l’une des raisons pour lesquelles la situation est si difficile pour les homos au Cameroun. On ne respecte vraiment pas cet article 347 bis. La majorité des homos qui ont été condamnés au pays n’ont jamais été pris en flagrant délit, ils ont quasiment toujours été arrêtés après une dénonciation, ou après avoir avoué sous la contrainte ou la torture.

Dans notre cas, nous avons donc été libérés en attendant que notre affaire passe en justice. Juste avant cette libération nous avons été entendus par une femme, qui devait être une juge ou une procureure, et nous avons pris rendez-vous pour le 5 avril pour le procès. Pour le premier procès.

Que s’est-il passé lors de ce premier procès? L’avocate n’était pas disponible, elle a donc demandé un renvoi au 7 juin. Il ne s’est donc rien passé.

Le 7 juin, le deuxième procès a bien débuté, mais quand le procureur a demandé à ce que l’Australien réponde, il n’était pas présent, il était déjà rentré en Australie depuis longtemps, avant même le premier procès. Le procureur a exigé qu’il revienne au Cameroun pour comparaitre et a alors demandé un renvoi au 2 août, lundi dernier, pour un troisième procès.

Mais c’est après le deuxième procès que les choses sont devenues encore plus difficiles pour moi. Ma famille est très homophobe. J’avais déjà été rejeté de ma famille en 2008, avec ma petite sœur, parce qu’elle m’avait soutenu. Nous avons été rejetés tous les deux. Du coup, après ce procès certain membres de ma famille ont appris ce qu’il venait de se passer, ils m’ont ouvertement dit qu’il n’étaient pas d’accord avec ma libération, que j’étais la honte de la famille, qu’il fallait absolument que je reste en prison pour que la famille ne soit pas salie.

Votre histoire avait été médiatisée? Oui, le quotidien Le Jour  en a parlé, ils ont publié un article à mon sujet, mentionnant mon nom complet, ma date et mon lieu de naissance. Ça m’a beaucoup porté préjudice. Bien plus que mon incarcération.

Très peu de gens savaient jusque là que j’avais été incarcéré. Et ce n’est qu’après le deuxième procès, le 16 juin très exactement, que le quotidien Le Jour, le quotidien le plus lu actuellement au Cameroun, a publié cet article sur moi, qui a ensuite été repris par d’autres sites internet. Mes camarades d’université ont pris connaissance de l’article, il est passé de main en main, et très rapidement toute la faculté a su ce qu’il m’était arrivé et que j’étais homosexuel.

J’étais étudiant en troisième année d’histoire, mais je n’ai pas pu terminer l’année. J’étais devenu la risée de mes camarades. J’étais agressé verbalement, on m’insultait tout le temps. Un rejet total. Quand je m’asseyais sur un banc tout le monde s’éloignait de moi de peur d’être contaminé, de peur d’être indexé comme étant un homosexuel aussi. Toute cette pression et le mauvais regard des enseignants qui étaient au courant eux aussi m’ont contraint à abandonner les cours. Je ne parvenais plus à supporter tout ça. Et comme je n’habitais pas loin de l’université, j’étais aussi pointé du doigt à tout moment quand je circulais dans les rues alentours dans la journée. On me disait « c’est le pédé, c’est lui qui a été enfermé avec le blanc ».

Du côté de ma famille, j’ai été sérieusement menacé – menacé de mort – par mes frères, verbalement, pas physiquement, parce qu’ils ne sont pas arrivés jusque là. Ils m’ont menacé de mort en disant que je salissais le nom de la famille, qu’on retrouvait le nom de la famille dans la presse, que l’homosexualité c’était une honte pour la famille, que je suis la mauvaise graine dont il faut se débarrasser. C’est devenu très difficile, je ne pouvais plus les voir, je ne pouvais plus rendre visite à mes neveux, je n’avais que ma petite sœur comme famille. J’étais totalement rejeté, je n’avais plus le droit d’aller me recueillir sur la tombe de mes parents, ils sont tous les deux décédés. Mes frères me l’avaient interdit. Je ne pouvais plus aller ni chez les oncles ni chez les grands-parents dormir. Je ne pouvais plus du tout aller dans mon village, tout le monde savait que j’étais gay. Les quelques fois où j’y suis quand même allé, il fallait que j’y arrive à minuit et que je reparte très tôt le matin, vers 5 heures.

Vous savez ce qu’il s’est passé lundi, lors du troisième procès? Je sais juste que le procès a de nouveau été reporté parce que je n’était plus là-bas, et que l’Australien n’était évidement pas là-bas non plus. Le procès a été reporté pour septembre.

L’autre Camerounais, je n’ai pas encore eu de ses nouvelles. Je n’ai pas encore pu le joindre par téléphone, mais je pense qu’il n’était pas au procès lui non plus. Je ne sais pas s’il est parti du Cameroun mais je sais que lui aussi voulait fuir. Il ne voulait pas faire de prison et l’article qu’on a publié sur nous lui a aussi beaucoup porté préjudice. Sa famille n’était pas du tout au courant de son homosexualité et lorsqu’ils l’ont découvert, lui aussi a été totalement rejeté. D’après les dernières nouvelles, ça ne s’est pas très bien passé pour lui non plus là-bas.

Le prochain procès a donc été reporté à septembre. Vous savez comment ça va se passer? Vous pouvez être condamné même si vous n’êtes pas là? Tout dépend du procureur et des juges. Ils peuvent me condamner, malgré mon absence. Tout dépend de leur humeur et peut-être aussi de leurs convictions religieuses.
Est-ce que vous risquez quelque chose, du fait de ne pas vous être présenté lundi au procès, d’avoir fui pendant cette affaire? Je pense, oui. Mais je ne sais vraiment pas. Peut-être que je serai recherché par la police parce que, pardonnez-moi l’expression mais on vit un peu une « chasse aux sorcière », nous les homosexuels, au Cameroun.

Je pense que la situation pour les gays dans mon pays est pire depuis quelques années. Avant on n’en parlait pratiquement pas. Mais, depuis la publication en 2006 de la fameuse liste des 50 [en janvier 2006 plusieurs journaux camerounais ont publié une liste de 50 personnes influentes – ministres, directeurs d'entreprise… – supposées homosexuelles, ainsi que leur photo, ndlr], les homos sont de plus en plus pourchassés. C’est devenue une véritable « chasse aux sorcières » depuis ça.

Avant votre arrestation, avant le mois de mars, comment viviez-vous votre homosexualité au Cameroun? Ce n’était pas tout rose. Comme le disais j’ai été rejeté par ma famille en 2008 parce que j’étais homosexuel. Je n’ai pas de copine. Je suis gay à 100% et mes frères ont dû se rendre compte de cela. Ils m’avaient soupçonné à plusieurs reprises et ils ont fini par avoir des preuves sûres. J’ignore comment ils les ont eues mais ils ont su et face à leur pression, je ne pouvais plus nier. C’est devenu très très difficile. J’étais déjà à la fac à l’époque, j’étais en location dans une chambre près de l’université et j’ai tout perdu. Mes frères ont arrêté de me payer les cours, de me payer la fac, ils ont arrêté de me payer mon loyer. Ils ont arrêté de me donner de l’argent pour me nourrir, pour me soigner, pour me payer des habits… Il a fallu que je me débrouille par moi-même pour subvenir à tous mes besoins.

D’une façon générale la vie d’un homo au Cameroun est très difficile. On ne peut pas dire que l’on est homo. On ne peut pas s’afficher ouvertement. Avant, il y avait des lieux pour se rencontrer mais actuellement il n’y en a plus. Il y avait par exemple des boites, qui officiellement n’étaient pas gays mais officieusement l’étaient.

Mais face à l’homophobie de la population, ce n’était plus possible, ceux qui y entraient se faisaient agresser par les riverains, par des voyous, ce qui a contraint les différent propriétaires à fermer leurs établissements. C’est, du coup, devenu très difficile de se rencontrer. Il n’y a que le net, et ce n’est pas évident non plus, parce qu’il y a aussi des hétéros qui vont sur le net, se connecter comme gays, pour agresser des homos, pour tabasser les gars. J’ai moi-même été victime de cela en 2007, mais je l’ai caché à la famille. J’ai été agressé de cette façon-là, sur le net: on avait pris rendez-vous, on s’est vu et j’ai été copieusement battu. Ils ont aussi récupéré mon téléphone, ma ceinture, mes chaussures, et je suis rentré pieds nus.Vous étiez également militant LGBT au Cameroun, c’est bien ça? Oui, j’étais volontaire dans l’association Alternatives Cameroun  depuis 2007. C’est une association dans laquelle nous faisons surtout de la prévention sida. Nous travaillons dans la prévention et la prise en charge des homosexuels séropos et nous les sensibilisons sur les risques. Parce qu’au Cameroun, la prévention est très hétérocentrée. Nous donnons des préservatif et nous les invitons à venir à Alternatives, au centre, pour assister aux causeries sur la santé sexuelle, sur les IST, pour les informer et les approvisionner en préservatifs et gel lubrifiant.

C’est risqué comme démarche. J’ai connu plusieurs agressions dans le cadre de la prévention, en tant que militant, avec d’autres amis, dans des endroits pas très sécurisés, pour sensibiliser des gays qui s’y trouvaient. On a été agressés à plusieurs reprises par des voyous qui été armés de couteaux et de machettes, qui nous ont aussi dépouillés de nos biens, téléphones, argent et parfois même de préservatifs aussi.

Cette association est autorisée au Cameroun, elle est officielle? En fait, Alternatives Cameroun est autorisée pour la défense des droits des minorités. Il n’a pas été spécifié qu’il s’agissait de minorités sexuelles. Je ne pense pas qu’elle aurait été autorisée si on avait mentionné « pour les minorités sexuelles » ou le terme « homosexuels ». Je ne suis pas sûr de ça, mais je ne pense pas. Il y existe l’association Adefho, par contre, qui est ouvertement une association pour la défense des droits des homosexuels et dont Maitre Alice Nkom est présidente. J’ai d’ailleurs personnellement bénéficié du soutien de cette association.

Vous êtes donc arrivé en France il y a quelques jours, juste avant le troisième procès. Comment avez-vous pu partir? Et qu’espérez-vous aujourd’hui? Ça n’a pas été facile pour moi de quitter le pays. J’ai pu le faire parce que je suis activiste, militant, membre de l’association Alternatives Cameroun. J’ai profité d’avoir été invité à la conférence internationale de Vienne 2010 sur le sida, je devais y participer. J’ai reçu une bourse partielle qui prenait en charge mon billet d’avion. J’ai eu un visa pour Vienne mais j’ai pris une escale par Paris, et je ne suis pas allé à Vienne. Je demande désormais l’asile, ici en France. Parce que je ne peux plus retourner au pays. C’était devenu totalement invivable pour moi.

J’ai donc commencé une procédure pour demande d’asile qui est très longue et je serais très reconnaissant que l’on me l’accorde. J’ai dû arrêté mes études au pays, mais j’aimerais vraiment les reprendre ici. Cet asile me permettrait surtout d’être libre, de pouvoir vivre ma sexualité telle qu’elle est, de m’assumer, de continuer à militer pour les droits LGBT. Et surtout d’avoir la paix dans l’âme. Ça c’est très important, avoir la paix dans l’âme. Parce qu’au pays, je ne vivais pratiquement plus, j’étais tout le temps aux abois.

Vous avez rencontré des personnes qui vous aident dans cette démarche? Vous savez combien de temps cela va prendre? J’ai d’abord rencontré des associations LGBT en arrivant à Paris, pour leur expliquer mon cas et bénéficier de leur soutien, notamment l’Ardhis [Association pour la reconnaissance des droits des personnes  homosexuelles et transsexuelles à l'immigration et au séjour, ndlr], qui m’a bien conseillé sur la procédure. Ils m’ont tout de suite expliqué la réalité des choses, le temps que ça pourra prendre. Il n’y a pas une durée déterminée, ça peut prendre trois mois, six mois, un an, voire deux ans…

J’ai ensuite obtenu une domiciliation auprès de France Terre d’Asile. J’ai fait la queue pendant trois jours pour l’obtenir. C’était la première étape, avant de commencer les dossiers, pour avoir une adresse où recevoir le courrier.

Puis il y a eu la préfecture. Ça a été la démarche la plus difficile jusqu’ici. Il faut s’aligner toute la nuit devant l’entrée pour être reçu le matin. Depuis mardi de la semaine dernière [le 27 juillet, ndlr], j’allais dormir là-bas tous les soirs et je n’étais toujours pas reçu. Je n’ai été reçu que ce matin [mardi 3 aout, jour de l'interview, ndlr]. Il y a tellement de monde qu’il faut y dormir pour être reçu. Les portes ouvrent à 9h et ils ne prennent qu’une trentaine de personnes. Et même pour dormir, il ne faut pas arriver à minuit, c’est trop tard, autant rentrer chez toi parce que tu sais d’avance que tu ne seras pas reçu. Il faut arriver en début d’après-midi la veille pour passer l’après-midi, puis la nuit, jusqu’au lendemain matin. Mardi j’y suis allé en journée vers 16h, ignorant qu’il fallait venir encore plus tôt. J’y suis retourné tous les jours, et hier j’y suis allé à 14h et j’ai enfin pu être reçu ce matin. Ça, c’était juste pour récupérer le dossier pour déposer la domiciliation, les photos et donner les empreintes. Je dois maintenant le remplir et retourner à la préfecture le 12 août pour le déposer, cette fois-ci ce sera sur rendez-vous. J’ai aussi d’ici là, un autre rendez-vous à la Sécurité sociale.

Est-ce que votre situation particulière pourra être prise en compte pour cette demande d’asile? Je ne saurais me prononcer. Je ne connais pas bien la législation française. Et puis je n’ai pas encore rencontré l’Ofpra [Office français de protection des réfugiés et apatrides, ndlr]. Ce n’est que plus tard, après mes rendez-vous et mon dépôt de dossier à la préfecture que j’obtiendrais un rendez-vous à l’Ofpra et c’est à eux que je devrais expliquer ce qu’il m’est arrivé. Ce sont eux qui jugeront s’il faut m’accorder l’asile ou non.

Ce dont j’aimerais parler, pour conclure cette interview, c’est de la peur. La peur de retourner au pays. La peur de savoir que l’on pourrait ne pas m’accorder l’asile et que je serais d’office soit poussé vers une prison, soit poussé vers la tombe. Parce que je suis entre le marteau et l’enclume, s’il faut le dire ainsi. D’un côté, il y a la justice qui est contre moi, de l’autre côté, il y a la famille et les menaces de mort. Je ne peux plus reculer. Je n’ai plus que la France pour m’héberger et me donner une raison de vivre. Parce que je l’avais presque perdue, avec tout ce que je vis et que j’ai vécu au Cameroun. J’ai presque tout perdu. Mais je pense que je pourrais reprendre goût à la vie, reprendre mes études, redevenir activiste comme je l’étais, si la France m’accorde cet asile.
Enhanced by Zemanta


Post a Comment

Related Posts with Thumbnails