Donations

People say we're "invaluable", "indispensable" and "an essential service" — please consider making a donation.

Sunday, 15 August 2010

Guarded Lives in Cameroon

Flag of CameroonImage via Wikipedia
By Juliana Cano Nieto

A recent decision by the UK Supreme Court found that a gay man would "face a well-founded fear of persecution" if he returned to Cameroon. The Supreme Court overturned the Court of Appeal's decision that this Cameroonian man could return and conceal his identity to avoid persecution.

News outlets quoted Cameroon's communications minister, Issa Tchiroma, as saying, "No homosexual is persecuted in Cameroon." The cases below prove that the UK Supreme Court got it right and that the minister might be unaware of what is happening in his country.

The first time I saw Ewane, in September, 2009, a police officer was slapping handcuffs on his wrists. The handcuffs nearly fell from his bony and undernourished arms, shrunken from his more than five months in prison. Where Cameroonian law saw a criminal, I saw a 27-year old man jailed and ill-treated simply for being himself.
In the brief interview I was able to conduct under the menacing eyes of a police officer, Ewane expressed fear of once again being incarcerated. He went on to describe the severe beatings and abuse by police, prison guards, and fellow prisoners the first time he was detained, in July 2007, on charges of homosexual conduct, a crime in Cameroon. Now he feared a reprise. The penalty for homosexual conduct is from six months to five years in prison and a fine of 20,000 to 200,000 Cameroonian francs (US$ 40-400).

This time the judge did not find enough "evidence" to convict Ewane, but just being accused ostracizes him in a society that condemns relations between people of the same sex.

"Everyone in my neighborhood calls me pédé [faggot]," he told us. "They [the police] can use this, as they have before, to detain me and harass me at any time." He said that he lives in fear that even a casual conversation with another man could lead to another arrest and possible prosecution.

Indeed, Cameroonian police have arrested others under homosexual conduct charges in recent months. On March 29, immigration police detained three men, including an Australian citizen, in the lobby of a hotel in Douala. Two police officers walked into the lobby and approached the Australian and his two Cameroonian friends. An officer told the Australian they knew he was having sex with the men. He threatened all of them with an anal examination to prove their "crime."

One of the Cameroonian men contends that the police officers demanded a US$10,000 bribe from the Australian and arrested the three of them when the Australian refused to pay. Police jailed them for more than three days, until their court appearance. They were released pending their trial.

These men are relatively lucky -- contrary to Minister Tchiroma's statement, most people charged with homosexual conduct in Cameroon are harassed, detained, and jailed for months, as Ewane was.
Conditions in prison are brutal, as Arrey, another gay man, told me in hushed tones in the prison where I interviewed him. "They don't know I am gay," he whispered. Arrested in Buea for stealing a television set, he carried a rosary in his hands as he described what being gay in prison was like. "Suspicion is enough to land you beatings by prison guards and abuse by other prisoners."

Arrey also described what happened to a man caught having sex with another prisoner. The prison guards undressed and beat him in front of the other inmates, then sent him to solitary confinement for 20 days. After the man was freed from solitary, Arrey said, his hands and feet remained shackled for another 20 days. Yet, suspicion is enough

An average solitary confinement cell is two meters by two meters, without light or toilet. The prisoner is forced to urinate and defecate on that floor and to sleep there. Food rations are reduced, and the prisoner cannot see a soul, not even a doctor.

International health and drug control agencies recognize that sex happens in prison, regardless of prohibitions. They recommend condom distribution in prisons to protect prisoners against HIV transmission. But in Cameroon, sex between men is illegal in prison too, and no condoms are provided.

Alim, who was living with HIV and was imprisoned under the anti-homosexuality law in 2005, remained in pre-trial detention for nine months. Another prisoner beat and raped him. He did not receive adequate treatment while in prison and soon after his release, he died from HIV/AIDS-related problems.

But it was not HIV/AIDS alone that killed Alim. The criminalization of homosexual conduct played a large role in his death because of the poor conditions in prison for a gay man living with HIV. Criminalization has also made possible the torture and abuse by police, and others of other lesbian, gay, bisexual, and transgender Cameroonians.

Human Rights Watch and the United Nations constantly remind Cameroon of its obligation to stop these violations and to drop penalties for homosexual conduct. In December 2008, the UN Human Rights Council reiterated this call. So far, Cameroon has refused. This week, the UN Human Rights Committee is trying again to have Cameroon comply with its international obligations.

In the meantime, homosexual relations remain a crime in Cameroon. For people like Ewane, Arrey, and Alim the law means living in constant fear of arrest and abuse. For those lucky enough to leave the country it means not being able to return for fear of even facing death.

Juliana Cano Nieto is a researcher in the LGBT Rights Program of Human Rights Watch


Vies en garde au Cameroun

Une décision récente de la Cour suprême du Royaume-Uni a constaté qu'un homme gai ferait « face à une crainte fondée d'être persécuté » en cas de retour au Cameroun. La Cour suprême a renversé la décision de la Cour d'appel selon laquelle cet homme camerounais pourrait revenir et cacher son identité pour échapper aux persécutions. 

Des bureaux de presse ont cité le ministre de la Communication du Cameroun, Issa Tchiroma, comme disant: « Personne n'a jamais été persécuté au Cameroun pour ses penchants homosexuels. » Les cas ci-dessous prouvent que la Cour suprême ne s'est pas trompée et que le ministre pourrait ne pas être au courant de ce qui se passe dans son pays.

La première fois que j'ai vu Ewane, en septembre 2009, un policier lui flanquait des menottes aux poignets. Elles ont failli tomber de ses bras osseux et sous-alimentées, ratatinés de son plus de cinq mois de prison. Là où la loi camerounaise voyait un criminel, j'ai vu un homme de 27 ans, emprisonné et maltraité simplement pour être lui-même. 

Lors de la courte entrevue que j'ai pu faire sous le regard menaçant d'un agent de police, Ewane a exprimé la crainte d'être à nouveau incarcéré. Il a poursuivi en décrivant les sévices et les abus graves dont il avait été l’objet de la part de la police, des gardiens de prison et des autres prisonniers la première fois qu'il a été détenu, en juillet 2007, relativement à des accusations de conduite homosexuelle, un crime au Cameroun. Maintenant, il craint une reprise. La peine prévue pour conduite homosexuelle est de six mois à cinq ans de prison et une amende de 20.000 à 200.000 francs camerounais (US $ 40-400). 

Cette fois, le juge n'a pas trouvé assez de « preuves » pour condamner Ewané, mais le simple fait  d'être accusé l’ostracise dans une société qui condamne les relations entre personnes du même sexe. 

Tout le monde dans son quartier l'appelle pédé, me dit-il. La police peut l’utiliser, comme ils l'ont déjà fait, pour le détenir et le harceler à tout moment. Il me dit qu'il vit dans la crainte que même une simple conversation avec un autre homme pourrait mener à une nouvelle arrestation et une poursuite éventuelle. 

En effet, d’autres ont été arrêtés par la police camerounaise relativement à des accusations de conduite homosexuelle dans les derniers mois. Le 29 mars, la police de l’immigration a arrêté trois hommes, dont un citoyen australien, dans le hall d'un hôtel à Douala. Deux officiers de police sont entrés dans le hall et ont approché l'Australien et ses deux amis camerounais. Un officier a déclaré à l'Australien qu’ils savaient qu'il avait eu des relations sexuelles avec les hommes. Il les a tous menacés de leur faire subir un examen anal pour prouver leur « crime. »  

L’un des hommes camerounais soutient que les policiers ont demandé un pot-de-vin de 10.000 dollars américains de l'Australien et les ont tous arrêtés lorsque l'Australien a refusé de payer. La police les a emprisonnés pendant plus de trois jours, jusqu'à leur comparution devant le tribunal. Ils ont été libérés en attendant leur procès. 

Ces hommes sont relativement chanceux. Contrairement à la déclaration du ministre Tchiroma, la plupart des personnes accusées de conduite homosexuelle au Cameroun sont harcelées, détenues et emprisonnées pendant des mois, comme l’a été Ewane. 

Les conditions de détention sont brutales, comme Arrey, un autre homme gai, m’a confié à voix basse dans la prison où je l'ai interviewé. Ils ne savent pas qu’il est gai, me dit-il en chuchotant. Arrêté à Buéa pour avoir volé une télévision, il portait un chapelet dans les mains alors qu’il décrivait ce que signifie être gai en prison. Il me confie qu’un soupçon est assez pour s’attirer des corrections de la part des gardiens de prison et des abus de la part des autres prisonniers.

Arrey m’a également décrit ce qui s'est passé à un homme qui s’est fait prendre pour des rapports sexuels avec un autre prisonnier. Les gardiens de prison l’ont déshabillé et l’ont battu devant les autres détenus, puis l'ont placé au régime cellulaire pendant 20 jours. Après que l'homme a été libéré de la cellule, dit Arrey, il est resté les mains et les pieds enchaînés pendant 20 autres jours. Pourtant, il suffit d’un soupçon.

Une cellule d’isolement moyenne est de deux mètres sur deux, sans lumière et sans toilettes. Le prisonnier est forcé d'uriner et de déféquer sur le plancher et d'y dormir. Les rations alimentaires sont réduites, et le prisonnier ne peut pas voir une âme, pas même un médecin. 

Les organismes internationaux de la santé et du contrôle des drogues reconnaissent que des rapports sexuels se produisent en prison, en dépit des interdictions. Ils recommandent la distribution de préservatifs dans les prisons afin de protéger les détenus contre la transmission du VIH. Mais, au Cameroun, les rapports sexuels entre hommes sont illégaux en prison aussi, et on ne fournit pas de préservatifs. 

Alim, qui vivait avec le VIH et a été emprisonné en vertu de la loi anti-homosexualité en 2005, est resté en détention provisoire pendant neuf mois. Un autre prisonnier l’a battu et l’a violé. Il n'a pas reçu des soins adéquats en prison et, peu après sa libération, il est mort de problèmes liés au VIH / SIDA. 

Mais ce n'était pas le VIH / SIDA seul qui a tué Alim. La criminalisation du comportement homosexuel a joué un grand rôle dans sa mort, en raison des mauvaises conditions en prison pour un homosexuel vivant avec le VIH. La criminalisation a également rendu possible la torture et les abus commis par la police, entre autres, à l’endroit des lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres du Cameroun. 

Human Rights Watch et les Nations Unies pour rappellent sans cesse le Cameroun de son obligation de mettre fin à ces violations et d'abandonner les sanctions pour conduite homosexuelle. En décembre 2008, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a réitéré cet appel. Jusqu'ici, le Cameroun a refusé. Cette semaine, le Comité des droits de l'homme de l'ONU essaie de nouveau de faire en sorte que le Cameroun se conforme à ses obligations internationales. 

Dans l'intervalle, les relations homosexuelles restent un crime au Cameroun. Pour des gens comme Ewane, Arrey et Alim, la loi signifie vivre dans la peur constante d'arrestations et de mauvais traitements. Pour ceux qui ont la chance de quitter le pays, cela signifie ne pas être en mesure d’y retourner, de peur de faire face à la mort même.

Juliana Cano Nieto, Chercheuse au Programme de droits LGBT de Human Rights Watch 

Enhanced by Zemanta

1 comment:

  1. I actually enjoyed reading through this posting.Many thanks.
    Australien de l'Immigration

    ReplyDelete

Related Posts with Thumbnails