Donations

People say we're "invaluable", "indispensable" and "an essential service" — please consider making a donation.

Sunday, 25 July 2010

Canada's queer community needs to help persecuted sexual minorities

Gay Canada flagImage via Wikipedia
By Nicole LaViolette

On a recent tour of the country to promote reforms to the refugee system, Immigration Minister Jason Kenney took the lesbian and gay community to task, urging them to “step up to the plate” and help resettle refugees facing persecution based on sexual orientation. Meantime, the usually conservative Supreme Court of the United Kingdom issued a landmark decision refusing to deport two gay men to countries with records of persecuting sexual minorities.

It might seem incongruous that a conservative politician and cautious judges are providing remarkable leadership on an issue largely neglected by lesbian, gay, bisexual and transgender Canadians. But while Mr. Kenney promotes the sponsorship of LGBT refugees and staid judicial Lords argue that gay men should be free to live openly without fear, most Canadians attending Pride festivals this summer will be paying little attention to the plight of sexual minorities in other countries.

To be sure, both the Canadian and British governments have spotty records on LGBT refugee rights. In 2009, Mr. Kenney appointed Doug Cryer, a long-time Conservative who opposes same-sex marriage, to the tribunal that decides whether gays get refugee status in Canada. More recently, the minister was accused of blocking any reference to lesbian and gay rights in a new Canadian citizenship study guide for immigrants. And in the spring, the Conservative government’s initial refugee-reform proposals were denounced as unfair for people facing homophobic persecution.

In Britain, many refugee claimants are detained in prison-like facilities where homophobia is often prevalent. And LGBT refugees have been returned to unsafe situations in Jamaica, Iran and Uganda, because authorities believe they can avoid persecution by changing their names, moving to a different part of the country and refraining from having same-sex relationships.

Many countries maintain severe criminal penalties for consensual sex between persons of the same sex. Witness Uganda, where legislators are considering imposing the death penalty for anyone who engages in homosexual relations. In Malawi, a gay couple was arrested last December and charged with “gross public indecency” for getting married. Other countries ban meetings and publications, or deem homosexuality and transexuality as Western or anti-revolutionary, crimes against religion, sexually deviant and immoral, unacceptable challenges to gender-specific roles or mental disorders.

Such egregious human-rights violations have compelled lesbian, gay, bisexual and transgender people to seek refuge in countries with better human-rights protection. This move has led some states, including Canada, to interpret international law to extend refugee protection to women and men fleeing persecution based on their sexual orientation or gender identity.

But LGBT refugees are rarely able to reach the borders of asylum-granting countries. According to the United Nations High Commissioner for Refugees, more than 80 per cent of the world’s refugees are languishing in developing countries, where most are not safe and have no possibility of integration. The UNHCR further estimates that, over the next three to five years, more than 800,000 refugees will need to be resettled.

LGBT refugees form a fraction of those numbers, and when they flee to countries such as Turkey and Egypt, their temporary place of “asylum” is often as homophobic and dangerous as the country from which they fled.

Canada provides protection to refugees in two main ways. Since 1991, thousands of sexual minorities have made claims through the in-Canada refugee determination program, achieving similar success rates as other refugees who apply. In addition, Canada annually resettles 10,000 to 12,000 through government-assisted and privately sponsored refugee programs.

Mr. Kenney is right to suggest that lesbian, gay, bisexual and transgender Canadians have yet to demonstrate tangible solidarity with persecuted sexual minorities around the world.

While a small number of Canadian LGBT groups such as the Rainbow Committee in Vancouver, AGIR in Montreal and Egale at the national level have called for a better in-Canada refugee-determination process, there has been an almost complete absence of interest in the resettlement programs that could actually allow LGBT groups or individuals to sponsor a queer refugee. Although resettlement programs require time, effort and financial contributions, LGBT Canadians have attained one of the most privileged legal, social and political stations in the world. Toronto Pride Week alone contributes $135-million to the city’s economy every year.

Clearly, many members of the LGBT community have the capacity to sponsor a lesbian from Iran or a gay man from Cameroon. The failure to embrace refugee resettlement as a way of providing modest, but tangible, support to persecuted sexual minorities is both unfathomable and inexcusable.

Nicole LaViolette is an associate professor of law at the University of Ottawa.

La communauté queer du Canada doit aider les minorités sexuelles persécutées
 
Par Nicole LaViolette

Récemment, lors d'une tournée du pays pour promouvoir les réformes du système de réfugiés, Jason Kenney, ministre de l'Immigration, a pris à partie la communauté gaie et lesbienne, l’exhortant à « mettre l’épaule à la roue » et aider à réinstaller les réfugiés qui font face à la persécution fondée sur l'orientation sexuelle. Pendant ce temps, la Cour suprême du Royaume-Uni, ordinairement conservatrice, a émis une décision historique refusant de déporter deux hommes gais à des pays où on persécutait les minorités sexuelles.

Il peut sembler incongru qu'un politicien conservateur et des juges prudents font preuve de leadership remarquable sur une question largement négligée par les lesbiennes, gais, bisexuels et transgenres Canadiens. Mais tandis que M. Kenney favorise le parrainage des réfugiés LGBT et que les Lords judiciaires posés affirment que les hommes gais devraient être libres de vivre ouvertement sans crainte, la plupart des Canadiens qui assisteront aux fêtes de la Fierté cet été porteront peu d'attention à la situation des minorités sexuelles dans d'autres pays.

Certes, les gouvernements canadien et britannique ont des dossiers sporadiques sur les droits des réfugiés LGBT. En 2009, M. Kenney a nommé Doug Cryer, un conservateur de longue date qui s'oppose au mariage de même sexe, au tribunal qui décide si les gais obtiennent un statut de réfugié au Canada. Plus récemment, le ministre a été accusé de bloquer toute référence aux droits des lesbiennes et des gais dans un nouveau guide d’étude sur la citoyenneté canadienne pour les immigrants. Et, au printemps, les propositions de réforme initiales du gouvernement conservateur à l’égard des réfugiés ont été dénoncées comme inéquitables pour les personnes confrontées à des persécutions homophobes.

En Grande-Bretagne, de nombreux demandeurs d'asile sont détenus dans des établissements de type carcéral, où l'homophobie est souvent répandue. Et les réfugiés LGBT ont été renvoyés à des situations dangereuses à la Jamaïque, l'Iran et l'Ouganda parce que les autorités pensent qu'ils peuvent échapper à des persécutions en changeant leur nom, en déménageant à une autre partie du pays et en s'abstenant d'avoir des relations de même sexe.

De nombreux pays maintiennent des sanctions pénales sévères pour les relations sexuelles consensuelles entre personnes du même sexe. L'Ouganda, par exemple, où les législateurs envisagent d'imposer la peine de mort pour toute personne qui s'engage dans des relations homosexuelles. Au Malawi, un couple gai a été arrêté décembre dernier et inculpé de grossière indécence publique pour s’être marié. D'autres pays interdisent les réunions et les publications, ou jugent l'homosexualité et la transsexualité comme occidentales ou anti-révolutionnaires, des crimes contre la religion, déviantes sur le plan sexuel et immorales, des défis inacceptables aux rôles sexo-spécifiques, ou des troubles mentaux.

Ces violations flagrantes des droits de l'homme ont contraint les personnes lesbiennes, gaies, bisexuelles et transgenres à chercher refuge dans les pays qui jouissent d’une meilleure protection des droits de l'homme. Cela a conduit certains Etats, y compris le Canada, à interpréter le droit international pour étendre la protection des réfugiés aux femmes et aux hommes qui fuient les persécutions fondées sur leur orientation sexuelle ou identité de genre.

Mais les réfugiés LGBT sont rarement en mesure d'atteindre les frontières des pays qui accordent l'asile. Selon le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, plus de 80 pour cent des réfugiés dans le monde languissent dans les pays en développement, où la plupart ne sont pas sûrs et n'ont aucune possibilité d'intégration. Le HCR estime en outre que, au cours des trois à cinq prochaines années, plus de 800,000 réfugiés devront être réinstallés.

Les réfugiés LGBT forment une fraction de ces chiffres, et quand ils fuient vers des pays comme la Turquie et l'Égypte, leur lieu temporaire d’asile est souvent aussi homophobe et dangereux que le pays qu'ils ont fui.

Le Canada fournit une protection aux réfugiés de deux manières principales. Depuis 1991, des milliers de minorités sexuelles ont fait une demande par l'intermédiaire du programme de détermination du statut de réfugié pour les réfugiés qui se trouvent au Canada, avec un taux de réussite similaire à celui des autres réfugiés qui font une demande. En outre, le Canada réinstalle chaque année de 10,000 à 12,000 réfugiés grâce à son programme de parrainage privé de réfugiés et son programme concernant les réfugiés pris en charge par le gouvernement.

M. Kenney a raison de suggérer que les personnes lesbiennes, gaies, bisexuelles et transgenres canadiennes n'ont pas encore faire preuve de solidarité concrète avec les minorités sexuelles persécutées dans le monde entier.

Bien qu'un petit nombre de groupes LGBT canadiens tels que le comité Rainbow à Vancouver, AGIR à Montréal et Egale au niveau national ont appelé à un meilleur processus de détermination du statut de réfugié pour les réfugiés qui se trouvent au Canada, il ya eu une absence presque totale d'intérêt aux programmes de réinstallation qui pourraient effectivement permettre à des groupes ou des particuliers LGBT à parrainer un réfugié queer. Bien que les programmes de réinstallation exigent du temps, des efforts et des contributions financières, les Canadiens LGBT ont atteint un statut juridique, sociale et politique parmi les plus privilégiés dans le monde. La semaine de la fierté de Toronto contribue à elle seule 135 millions de dollars à l'économie de la ville chaque année.

De toute évidence, de nombreux membres de la communauté LGBT ont la capacité de parrainer une lesbienne en provenance d'Iran ou un homme gai en provenance du Cameroun. Le défaut d’adopter la réinstallation des réfugiés comme un moyen de fournir un soutien modeste, mais tangible, aux minorités sexuelles persécutées est à la fois incompréhensible et inexcusable.

Nicole LaViolette est professeur agrégé de droit à l'Université d'Ottawa.

Enhanced by Zemanta

0 comments:

Post a Comment

Related Posts with Thumbnails